La polémique Saint-Elie...

Je découvre un billet particulièrement virulent sur le glazblog commentant un autre billet d'un certain Luc Saint Elie. Le nom me dit quelque chose, je suppose donc qu'il doit être connu et très lu, en tous cas Daniel le lit :).

Le ton de Daniel est ce qu'il est, il n'est pas connu pour sa grande diplomatie ;) mais sur les arguments qu'il avance je dois avouer que je suis quasi-entièrement d'accord, j'ai lu l'article de Luc et il y a des trucs quand même énormes qui montrent qu'il ne maîtrise pas du tout le sujet dont il parle.

Le point sur lequel je ne suis pas d'accord avec Daniel est que j'estime que Luc n'a pas à se montrer aussi objectif que dans son boulot de journaliste sur son carnet web, un carnet web ça sert aussi à se défouler et à être de mauvaise foi quand on ne peut pas le faire dans son boulot ;)

Je réponds rapidement à quelques arguments qui me semblent injustifiés dans le billet de Luc démontant les standards :

c’est la grande revanche des informaticiens sur ces cochons de littéraires

Je suis à la fois un littéraire et un technicien. Je connais pas mal de littéraires qui se sont mis bien plus facilement au HTML/CSS que des informaticiens. Lorsqu'on a un parcours littéraire, qu'on a écrit des mémoires de dizaines de pages pour la fac, qu'on a bossé comme traducteur, qu'on a écrit des ouvrages... il y a un truc qu'on apprend très très vite, c'est structurer et utiliser au maximum les feuilles de styles de son traitement de texte et de ne pas styler à la va vite, au kilomètre. Tout simplement parce que quand on a tapé 300 pages de texte et qu'on veut changer l'apparence de tous les titres de section, ça peut prendre deux heures de le refaire à la main alors que ça prend deux minutes en changeant la règle de style sur un document bien structuré. Pour moi essayer d'opposer les informaticiens aux littéraires c'est essayer de faire appel à des vieux réflexes corporatistes, c'est comme ceux qui veulent opposer les techniciens aux commerciaux.

La promesse d’un coût moindre est donc encore plus fausse. Le temps passé est aisément le double. On gagne (et encore ça se discute) du temps lors de la structuration initiale des pages mais toute modification (en clair tout ce qui prenait trois secondes pour décaler légèrement un tableau) peut prendre des jours.

Puisqu'on parle d'expérience personnelle, je peux dire que la mienne est totalement l'inverse. J'ai un grand avantage sur Luc, aujourd'hui je maîtrise réellement les CSS. Je suis d'ailleurs incapable aujourd'hui de refaire ce que je fais en CSS en "vieil HTLM" (salement en fait), ça me prendrait probablement plusieurs heures de faire un design en tableaux imbriqués avec des spacers en gifs invisibles et plein de balises propriétaires alors que ça ne me prend que quelques minutes en CSS. Les CSS ça s'apprend aussi et pour les maîtriser je me suis énormément documenté, ça n'est pas venu en quelques heures.

Je ne suis pas non plus d'accord sur le manque de documentation, openweb, opquast, alsacreation, pompage sont des sites pédagogiques et je ne les trouve absolument pas pédants. Je n'ai pas l'impression que Luc ait fait plus que survoler les articles de ces sites, sinon il ne découvrirait pas aujourd'hui que la plupart des éditeurs web ont des validateurs HTML et/ou CSS en option. Nvu a même un validateur HTML intégré d'ailleurs.

Je suis aussi surpris qu'il se pose en victime d'une "fatwa d'intégristes". Il semble étonné que les défenseurs des standards soient scandalisés par ses propos. Ces défenseurs se sont défoncés depuis des années pour créer des outils, des sites web et de la documentation et défendre certains idéaux de partage et d'accès à la connaissance. Je ne pense pas que qualifier leur travail de "vile quincaillerie informatique" et les comparer à des personnes prêtes à éliminer physiquement les gens qui ne partagent pas leurs convictions soit de nature à calmer les esprits.

Concernant NVU, c'est vrai qu'il est bourré de défauts, c'est un logiciel encore jeune. Il est aussi bourré de qualités, ce que Luc n'a pas su ou voulu découvrir. D'ailleurs s'il veut vraiment être objectif et comparer sur des bases similaires, je lui suggèrerais de comparer la qualité de Nvu 1.0 avec celle de Dreamweaver 1.0.

On ne peut pas dire publiquement que le résultat de deux ans de travail acharné d'un développeur est pourri et s'étonner que le créateur ce ce logiciel soit furieux. Si c'était si mauvais que ça, personne ne le téléchargerait et personne ne l'utiliserait ce qui est très loin d'être le cas. Nvu n'est peut être pas parfait mais celui qui voudra passer à un autre logiciel par la suite pourra migrer son site sans problème parce que le code produit est plutôt propre, c'est à ça aussi que ça sert les standards. Combien de personnes restent sur Frontpage Express / Frontpage parce que reprendre leur site dans un autre outil est quasiment impossible et reviendrait quasiment à tout refaire à cause de la soupe de balises produite par leur éditeur visuel ?

Haut de page