Je suis tombé sur un vieux SVM, le numéro de juillet-août 2004, et je me suis dit que ce serait peut être instructif de comparer l'état de l'informatique avant la sortie de Firefox à celle d'aujourd'hui :)

En juillet 2004 il n'y a eu aucune référence à firefox, mozilla, thunderbird, linux, openoffice ou n'importe quel logiciel libre dans les 170 pages du magazine ! La seule référence au libre que j'ai trouvé, c'est dans une pub d'OVH ;) Concernant les navigateurs alternatifs, il y a un petit article sur une surcouche d'IE, Deepnet Explorer et un entrefilet sur le "renouveau" de netscape avec la version 7.2 (paix à son âme).

En novembre 2005 firefox est cité une bonne quinzaine de fois dans le magazine (ainsi que thunderbird et à l'occasion Mandriva). Chose encore plus frappante, une partie des captures d'écran du magazine sont désormais faites avec Firefox (sous différents thèmes d'ailleurs).

Le dossier "Surfez autrement", très orienté Web 2.0, est bourré de captures de Firefox et le sous-dossier "personnalisez votre web" n'existerait pas sans Firefox puisque'il repose essentiellement sur ses extensions (greasemonkey, platypus, sage...). CSS2, RSS, AJAX, pas mal d'acronymes qu'on connait bien :)

Ce qui est frappant c'est que si l'on regarde SVM l'année dernière, on croirait presque que le web est anecdotique dans l'informatique, je ne suis pas sûr d'ailleurs que le mot "web" soit cité plus de deux fois dans tout le magazine. Dans le numéro de ce mois-ci par contre, une grande partie du magazine tourne autour du web et de sa transformation. Quelques citations :

Tout le monde semble néanmoins d'accord sur un point : s'il y a révolution, celle-ci réside avant tout dans le fait d'appréhender l'internet comme une application, plus vraiment comme un média.

...

Résumons : des navigateurs plus modernes, des auteurs de sites web maîtrisant mieux les techniques, des internautes lecteurs-auteurs. voilà les principaux ingrédients du renouveau d'Internet !

Intéressant de voir donc comment le web est redevenu central en informatique et je pense que Firefox y est pour beaucoup. Les nouveaux outils qu'il a mis à disposition des webmasters les a poussés à se replonger dans les capacités des langages du web et ont ainsi pu apporter de nouvelles approches et techniques, les briques de ce qu'on appelle le Web 2.0. De leur côté, les internautes ont apporté le contenu nécessaires à la mise en application de ces briques grâce à l'explosition des blogs, des wiki et du partage de données via les réseaux sociaux.

Il faudrait que je retrouve un numéro encoore plus ancien pour voir ce qu'on disait à l'époque :)